Estampe japonaise de Hiroshige Utagawa et Toyokokuni Utakagawa 'Récit des miracles de Kannon' 1859

Estampe japonaise de Hiroshige Utagawa et Toyokokuni Utakagawa 'Récit des miracles de Kannon' 1859 Agrandir

Estampe japonaise représentant "Le récit des miracles de Kannon" (Kannon Reigenki)  

En bas à gauche le sceau "Aratame" de l'éditeur Yamadaya Shôjirô.

Cette estampe est d'un grand intérêt car elle présente un état intermédiaire (l'encrage de plusieurs couleurs y est absent).

Epoque 19ème siècle, 1858-1859.

Dimensions avec cadre : H 38 x L 27 cm, de la vue : H 35,5 x L 24 cm

Plus de détails

209_2

320,00 €

Ajouter au panier
En savoir plus

Les auteurs

Hiroshige Utagawa II (1826-1869) était peintre d'ukiyo-e, principal élève du grand maître Hiroshige.

Toyokuni Utagawa III ou Utagawa Kunisada (1786-1865) est l'un des peintres d'ukiyo-e les plus populaires du xixe siècle et aussi l'un des plus prolifiques et ayant le mieux réussi sur le plan financier, devant Kuniyoshi et Hiroshige. 

De l'estampe

Depuis les temps anciens, il y a eu une forte dévotion à la déèsse (bodhisattva) Kannon, au Japon. Il existe des itinéraires de pèlerinage célèbres vers les temples consacrés à Kannon dans tout le Japon, et le "Pèlerinage des Cent Kannon" se compose de trois parcours avec 33 temples dans le Kansai (à l'Ouest du Japon), 33 temples dans le Kantō (à l'Est du Japon ) et 34 temples dans la région de Chichibu, de la préfecture de Saitama.

Cette estampe est une gravure sur bois multicolore de la période Edo (1603-1868), appelée nishiki-e, qui représente le premier temple du pèlerinage de Chichibu, Shimabu-ji (également connu sous le nom de Myōon-ji).

Cette estampe a été créée et vendue à Edo (aujourd'hui Tokyo ) en 1858 en commémoration de l'exposition publique temporaire des artefacts du bodhisattva au temple.

La partie supérieure de l'estampe, peinte par Utagawa Hiroshige II , montre le temple lui-même à l'intérieur d'un cadre qui ressemble à une tablette votive pour le temple. Le texte de cette partie supérieure indique que Shimabu-ji a été fondé en 1007 par Gendōbiku, disciple de Shōkū Shōnin de Shoshazan Engyō-ji (le 27e temple du pèlerinage du Kansai). Guidé par un oiseau sacré, Gendōbiku atteignit la zone qui allait devenir Shimabu-ji et récita 40 000 sutras. Cette histoire forme la base de deux des noms du temple, Shimabu-ji (en gros, "temple de 40 000 sutras") et Dokkyōzan (en gros, "temple de montagne où les sutras sont récités").

La partie inférieure de l'estampe, peinte par Utagawa Toyokuni III, dépeint l'histoire d'un miracle associé au temple : un homme violent attaque une jeune pèlerine, en fait Kannon déguisé, mais change complètement ses habitudes en entendant les paroles aimables de Kannon. L'éditeur de cette estampe est enregistré sous le nom de Yamada Yashō Jirō, situé à Minamitenma-chō 2 à Edo (ancien nom de Tokyo).

L'ukiyo-e est un terme japonais signifiant « image du monde flottant », il s'agit d'un mouvement artistique japonais de l'époque d'Edo (1603-1868) comprenant non seulement une peinture populaire et narrative originale, mais aussi et surtout les estampes japonaises gravées sur bois.

Source : Musée préfectoral d’histoire et du folklore à Saitama au Japon.

12 autres produits dans la même catégorie :

Rechercher

Catégories