Gravure de Leonor Fini (1907-1996) issue de la suite de l'ouvrage "Livre de Monelle" de Marcel Schwob 1976

Gravure de Leonor Fini (1907-1996) issue de la suite de l'ouvrage "Livre de Monelle" de Marcel Schwob 1976 Agrandir

Lithographie sur papier Arche représentant le portrait d'une jeune fille revêtue d'un fichu. Estampe signée au crayon de la main de Leonor Fini (1907-1996), numérotée 75/175. En bas à gauche un cachet à sec représentant une tête de chat.

Gravure issue issue de la suite de l'ouvrage "Livre de Monelle" de Marcel Schwob paru en 1976. 

Dimensions : H 59 x L 42 cm, de la vue : H 44,5 x L 29 cm

Plus de détails

380,00 €

Ajouter au panier
En savoir plus

Sur l'artiste : 

Leonor Fini est née à Buenos Aires le 30 Août 1907. Elle passe son enfance à Trieste auprès de sa mère, de ses grands-parents et de son oncle. Elle ne fréquente aucune école d’art et sa formation est entièrement autodidacte. D’où, sans doute, la difficulté de l’identifier à un courant particulier de l’art contemporain, son évolution ayant surtout été marquée par des affinités électives et par son propre « musée imaginaire ».

Elle se lie d’amitié avec Henri Cartier-Bresson, André Pieyre de Mandiargues, Georges Bataille, Max Jacob, Paul Eluard, Max Ernst, sans jamais cependant appartenir au groupe surréaliste. En 1939 elle organise pour son ami Leo Castelli une exposition de meubles d’artistes surréalistes tels qu’elle-même, Dali, Meret Oppenheim, Max Ernst à la galerie René Drouin, Place Vendôme.

À l’approche de la Seconde Guerre mondiale, elle quitte Paris avec son ami Mandiargues, passe une partie de l’été 1939 en compagnie de Max Ernst et de Leonora Carrington dans leur maison en Ardèche, puis part vivre à Arcachon auprès de Salvador et Gala Dali.

Les années d’après-guerre resteront pour le grand public celles de l’entrée en scène de Leonor Fini : création de masques, participation à de nombreux bals costumés, décors et costumes pour Le Palais de Cristal de Georges Balanchine, à l’Opéra de Paris, à la scala de Milan ainsi que pour des pièces en collaboration avec Jean Mercure, Jacques Audiberti, Albert Camus, Jean Genet, Jean Le Poulain.

Passionnée de littérature et de poésie, Leonor illustra plus d’une cinquantaine d’ouvrages, dont les œuvres de Charles Baudelaire, qu’elle admirait profondément, celles de Paul Verlaine, de Gérard de Nerval, d’Edgar Allan Poe. De nombreux écrivains et peintres lui ont consacré des monographies, des essais, des poèmes : Paul Eluard, Giorgio de Chirico, Mario Praz, Max Ernst, Yves Bonnefoy, Constantin Jelenski, Jean-Claude Dedieu.

Début 1960, Leonor Fini s’installe à Paris, dans un appartement, rue de la Vrillière, entre le Palais Royal et la Place des Victoires. Elle y vécut, entourée de ses amis et de ses chats, ainsi que dans sa maison de Saint-Dyé-sur-Loire, en Loir-et-Cher, jusqu’à sa disparition le 18 janvier 1996.

D’importantes expositions rétrospectives ont été consacrées à Leonor Fini et à son œuvre : en Belgique (1965), en Italie (1983,2005), au Japon (1972-73, 1985-86, 2005), aux Etats-Unis (Weinstein Gallery, San Francisco, 2001-2002, 2006, 2008 ; CFM Gallery, New York, 1997, 1999), en France, au Musée du Luxembourg, Paris (1986), à la Galerie Dionne (1997), à la Galerie Minsky (1998, 1999-2000, 2001, 2002, 2004, 2007, 2008), ainsi qu’en Allemagne, au Musée Panorama, Bad Frankenhausen (1997-98). Le Musée d’Hospice Saint-Roch, à Issoudun, présente, depuis 2008, une exposition permanente et l’installation du « Salon de Leonor Fini ».

En 2007 paraît la première biographie consacrée à Leonor Fini et à son œuvre : Leonor Fini, Métamorphose d’un art, Peter Webb, éditions Imprimerie Nationale – Actes Sud.

Leonor Fini dans son atelier, rue de La Vrillière, Paris, 1976, Karl Heinz Bas - source : http://www.leonor-fini.com

7 autres produits dans la même catégorie :

Rechercher

Catégories