Cadre ovale en bois noirci avec verre bombé et cheveux Napoléon III VENDU

Cadre ovale en bois noirci avec verre bombé et cheveux Napoléon III VENDU Agrandir

Cadre ovale en bois noirci avec sa vitre en verre bombé d'origine contenant un étonnant ouvrage en cheveux représentant des lettres entrelacées entourées de deux élégantes branches fleuries. 

Epoque fin 19ème siècle, Napoléon III.

Dimensions : H 25 x L 22 cm

VENDU

Plus de détails

90_2

0,00 €

Ajouter au panier
En savoir plus

L’emploi du cheveu dans la réalisation d’objets d’art est relativement ancienne : Andrée Chanlot, dans son excellent ouvrage qui fait référence en la matière, indique qu’au XIVème siècle, les anglais, réalisaient des broderies de soie et de cheveux. L’âge d’or du travail des objets qui nous intéressent se situe entre 1820 et 1860, comme pour les bijoux en cheveux. Cette période couvre le courant du Romantisme.

« Il est d’usage de marquer les diverses étapes de la vie par la confection d’un ouvrage en cheveux, fait à la maison, par l’homme de l’art auquel est confiée la précieuse chevelure :

-dès l’enfance, la première mèche coupée est conservée, tel un précieux talisman ;

-durant les fiançailles et lors du mariage, les promis échangent des médaillons (coutume donnant naissance à des paires d’objets) ; emblèmes et devises évoquent la fidélité et l’amour ; bouquets et paysages, réunissant les cheveux des divers membres d’une famille, en symbolisent l’unité ;

-les ex-voto sont déposés dans les chapelles, après une guérison, une prise de voile, ou avant le départ des marins pour les mers lointaines ;

-rassemblant en un seul tableau les chevelures d’une ou plusieurs générations, les chefs de famille réalisent l’arbre généalogique, parfois armorié ;

-des témoignages d’affection entretiennent le souvenir des amis, des émigrés, des grands voyageurs, des militaires, dont les bagues de cheveux deviennent le symbole des liaisons éphémères nouées au cours des campagnes impériales. » Extrait page 31

Il n'y avait donc pas que le deuil qui justifiait un tel ouvrage, bien que cette raison soit la plus courante.

Références :  "Les Ouvrages en cheveux : leurs secrets", Andrée CHANLOT, Éditions de l'Amateur (1986)

Rechercher

Catégories